La vitamine D ou le soleil en flacon

hiver

Voilà, nous y sommes.

Les jours les plus courts de l’année. Peu d’ensoleillement, et quand le ciel est gris par dessus le marché, et bien nous n’avons pas assez de lumière. Pas assez de lumière, et notre organisme peut en souffrir. Oui, nous faisons partie intégrante de la nature, et que nous le reconnaissions ou non, nous sommes soumis à ses cycles. A cette époque, sous nos latitudes, la plupart des végétaux et animaux vivent au ralenti. Parce que c’est le moment de recharger les batteries, de s’occuper plutôt de son intériorité, de ronronner près du feu.

Mais nous les humains, bien sûr, n’avons que faire de ces lois. Notre seule loi, c’est l’activité frénétique, courir du matin au soir, quoiqu’il arrive. Bon, nous sommes comme ça, nous autres. Mais quand l’hiver arrive, on se rend quand même bien compte qu‘il nous faut un peu plus d’énergie. Braver le froid, la neige, s’habiller, se chausser, et puis arrive la cohorte des petits bobos, la gorge qui gratte, le nez qui coule, la déprime…

C’est le prix à payer pour les êtres humains qui ont quitté les régions équatoriales dont ils sont issus, pour s’aventurer dans des contrées plus hostiles.

La lumière solaire est un élément clé de notre santé. Au même titre que l’air et les aliments, elle participe au fonctionnement harmonieux de notre organisme. Elle permet notamment de synthétiser la vitamine D grâce aux rayons ultraviolets, indispensable pour le système osseux (elle permet l’absorption du calcium), mais aussi le système immunitaire et le système nerveux.  Aussi, lorsqu’elle devient plus rare, nous pouvons le ressentir, sous forme de baisse d’énergie ou de dépression saisonnière.

Certaines études ont démontré qu’environ 80 à 90 % des personnes souffrent d’une carence en vitamine D au cours de l’hiver. Ce déficit est encore plus important chez les personnes âgées, le vieillissement de la peau étant un frein à l’absorption des rayons solaires. Ce qui induit un risque très élevé de fracture et de décalcification. La carence en vitamine D est également impliquée dans l’apparition de cancers, certaines maladies dégénératives, et la dépression.

Ainsi donc, avant  d’en arriver à des pathologies plus lourdes, il paraît tout à fait judicieux de prendre, dès l’arrivée de l’automne, une supplémentation en vitamine D. Vitamine d’origine naturelle, bien entendu, sous forme liquide et présentée dans un flacon doseur facile à utiliser. Deux à trois gouttes par jour sous la langue permettent de couvrir tous vos besoins, et de passer l’hiver sans gros ennuis.

Je mets en lien celle que je prends, et qui semble être une des meilleures du marché (je n’ai pas d’intérêt là-dedans).

http://www.dplantes.com/vitamine/les-complements/vitamine-d3.html

10 comments

  1. Hirschmuller Dominique dit :

    Super votre article sur la Vitamine D et merci pour le lien

  2. Michele dit :

    Bonsoir,
    oui, la vitamine de D.plantes, c’est celle que je prends, et suivant certaines lectures que j’ai faites, je suis montée à 10 gouttes par jour.
    Bonne soirée

    • Merci pour votre témoignage, 10 gouttes je trouve quand même que c’est beaucoup, vous devez être très en forme!

      • Michele dit :

        non pas particulièrement en forme mais avec la maladie de Lyme j’essaie de remonter mon immunité, je me suis basée sur l’article de Reinhold Vieth « Refuser de relever les apports conseillés en vitamine D c est de la malhonnêteté intellectuelle ». bonne soirée

  3. Chrystelle dit :

    Bonsoir,
    Merci pour votre intéressant article.
    La référence en fin de texte, convient-elle également et dans une moindre dose (merci de la préciser la cas échéant), à un enfant d’à peine plus de 2ans ?
    Merci

    • Bonjour,
      Merci de votre question. Oui ce produit convient particulièrement bien aux enfants, à raison d’une goutte par jour. Il n’y a aucun risque d’effet secondaire ou de surdosage, vous pouvez être tranquille. Et bravo pour votre démarche de santé naturelle, vos enfants ont de la chance!

  4. marie dit :

    Bonjour, je voudrais savoir si la vitamine D justement ne dois pas être « fixée » par le soleil….car à l’époque le docteur m’avais expliqué que le soleil fixe la vitamine d dans le corp, (permet de l’assimiler)…et il me semble me rapeller que il faut d’un coté prendre de la vitamine d et de l’autre la fixer…(je ne sais pas dans quelle mesure le soleil « synthétiserais » la vitamine d….).
    Bref, j’y connait pas grand chose et suis un peu dans le flou du coup.
    Mercii

  5. Bonjour Marie,
    En fait c’est beaucoup plus simple: soit vous vous exposez au soleil et tout se passe naturellement, la vitamine D est aussitôt fabriquée par le corps, soit l’exposition n’est pas suffisante et vous pouvez en prendre par voie orale, pendant les mois d’hiver. C’est facile, sans risque, et très bénéfique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 
Boosté par WP-Avalanche